Home Marketing 5 façons d’améliorer les paresseux

5 façons d’améliorer les paresseux

by saber
5 façons d'améliorer les paresseux


La plupart des articles de la liste pensent que les 10 meilleurs appareils photo reflex numériques ou les 5 meilleurs produits CRM sont écrits par des commentateurs de salon.

Ils sont utilitaires, ennuyeux et faciles à copier pour les rivaux.

Même si vos listes sont bien classées, votre succès est souvent de courte durée. Finalement, un concurrent avec une plus grande autorité (et peut-être un plus grand nombre de mots) se lancera.

Malgré les montagnes de pages vues, essayez de mesurer votre retour sur investissement et vous constaterez qu’il n’y en a probablement pas.

Mais il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

Les éléments de votre liste (ou de vos listes) peuvent être transformés en actifs intéressants, défendables et générateurs de revenus en cinq étapes.

Voilà comment.

1. Choisissez de nouveaux critères de sélection

La plupart des articles de la liste sont basés sur la même méthodologie de recherche. S’il avait un nom, il s’appellerait probablement le top 10 des choses que j’ai trouvées sur Google.

Vous recherchez votre mot-clé cible, analysez le contenu le mieux classé et choisissez une variété de logiciels, de produits et de personnes populaires à collecter dans votre propre article.

C’est un processus pragmatique : les délais sont serrés, la recherche originale prend du temps et la compilation d’une liste de choses populaires ne sera jamais controversée.

Mais ce processus de sélection n’est ni utile ni défendable pour votre lecteur cible.

Votre annonce risque de récapituler les mêmes informations que les résultats de recherche existants.

Il devient une marchandise de plus parmi tant d’autres.

De bonnes listes comme tout bon contenu. besoin d’un crochet solideun moyen de susciter l’intérêt des lecteurs et de les différencier des listes similaires.

Vos critères de sélection peuvent créer ce crochet :

  • Essayez de vous débarrasser du meilleur qualificatif et choisissez quelque chose de plus concret et intéressant (par exemple X Overlooked/Foundational/Overrated)
  • Ciblez un lecteur ou un cas d’utilisation particulier (par exemple, X pour les développeurs frontaux/les spécialistes du marketing de contenu/les directeurs financiers)
  • Concentrez-vous sur un trait de produit particulier (par exemple, The X Best Browser-Based/Freemium/No Code)

2. Persuadez le lecteur en amenant votre processus de pensée à la surface.

De nombreux auteurs supposent que les listes n’ont pas besoin d’être convaincantes.

Après tout, ils sont conçus comme une ressource pédagogique, un référentiel d’informations factuelles qui permet au lecteur de prendre sa propre décision en connaissance de cause.

En conséquence, la plupart des éléments de la liste se téléchargent Choses sur une page et laisser le lecteur tirer ses propres conclusions.

Mais je ne serais pas d’accord avec cette hypothèse.

je crois qu’il est plus Il est important d’être persuasif, car toute la prémisse de votre liste repose sur une promesse faite à votre lecteur : que les éléments que vous avez présentés sont vraiment les meilleurs, les plus pertinents et les plus soigneusement sélectionnés. options d’une mer d’innombrables alternatives. votre travail est persuader le lecteur que leur sélection et leur méthodologie de sélection sont dignes de confiance.

Une bonne façon d’y parvenir est de faire ressortir votre pensée et d’expliquer la logique derrière chaque choix. Vous aviez des critères de sélection en tête lors de la compilation de votre liste, alors emmenez le lecteur faire un tour et répondez aux questions auxquelles il se posera :

  • Pourquoi cette chose particulière justifie-t-elle l’inclusion ? C’est le plus recommandé, c’est le prix le plus bas
  • Pourquoi avez-vous omis d’autres? Nous excluons tout produit sans plan freemium
  • Y a-t-il quoi que ce soit dans cette élection qui défie la sagesse conventionnelle ? Bien qu’il ne s’agisse pas d’un CRM conventionnel, cet outil de base de données est parfaitement équipé pour gérer les tâches CRM de base.

3. Partagez votre expérience personnelle pour démontrer votre crédibilité

Une triste réalité du référencement est que de bons résultats, du moins en termes de classement des mots clés et de pages vues, peuvent provenir de mauvais articles.

Dans le cas des listes, médiocre signifie écrit sans aucune expérience de première main des éléments sélectionnés. (Mon premier article publié, il y a environ 12 ans, était une revue des fers à friser. Les lecteurs aux yeux d’aigle remarqueront que je suis aussi chauve qu’un œuf.)

Bien que ces articles de fauteuil puissent souvent se classer pour leurs mots-clés prévus, ils échouent là où cela compte vraiment : encourager le lecteur à croire les conseils offerts et à faire un achat réel.

Si votre objectif pour le contenu est de générer des revenus importants et pas seulement de classer les mots-clés, vous devez alors montrer une expérience de première main de ce que vous recommandez (et le prouver au lecteur).

Cela signifie généralement une combinaison de :

  • Captures d’écran du back-end du logiciel en cours d’examen (toute partie de l’interface à laquelle vous ne pouvez pas accéder sans vous connecter)
  • Photos de produits réelles qui ne ressemblent pas à des photos d’archives (points bonus pour vous inclure dans la photo)
  • Anecdotes personnelles sur l’utilisation et le partage d’expériences que seul un utilisateur aurait

4. Appuyez-vous sur les expériences des autres lorsque l’expérience personnelle est impossible.

Une mise en garde au point de partager son expérience personnelle : il n’est pas toujours facile d’acquérir une expérience de première main. Certains produits sont trop compliqués, situationnels ou carrément coûteux à expérimenter.

Compte tenu des limites du marketing de contenu, il ne sera jamais rentable de payer votre rédacteur pour qu’il se forme en tant qu’architecte système ou pour mettre en œuvre une solution d’entrepôt de données de niveau entreprise.

Plus important encore, votre lecteur ne se souciera pas de vos limites – il veut voir des conseils crédibles malgré tout.

Donc, si vous ne pouvez pas expérimenter personnellement le trucBasez votre liste sur les expériences de ceux qui en ont. Cela signifie enquêter, citer et synthétiser les expériences de première main des utilisateurs réels du produit, de l’outil, du processus ou du service.

Si vous ne vous sentez pas crédible, trouvez quelqu’un de crédible.

Si vous avez accès à un large public, par exemple en sondant les clients de vos clients ou vos audiences sur les réseaux sociaux, ce processus peut devenir un différenciateur à part entière, vous permettant de commercialiser votre article à l’étendue de votre recherche (combien d’autres listes peuvent dire qu’ils sont basés sur une enquête auprès de 50 architectes système ?).

Si vous ne le faites pas, une analyse approfondie de l’opinion d’un expert d’une personne peut suffire à donner de la crédibilité à votre liste (par exemple, les meilleures solutions de stockage de données pour les startups, selon ce CTO de startup).

5. Faire une seule recommandation avec avis

L’objectif principal du contenu de la liste n’est pas de classer les mots-clés ou de générer du trafic ; c’est pour aider le lecteur à prendre une décision.

La plupart des listes sont bonnes dans une partie de ce processus : offrir un large éventail d’options appropriées. Mais ces options sont souvent moins utiles qu’il n’y paraît.

Le lecteur a-t-il vraiment besoin de connaître vingt Appareils photo reflex numériques s’ils vont seulement acheter une?

La plupart des articles couvrent leurs paris parce que la collecte de contenus populaires ne fournit pas suffisamment d’informations pour faire une recommandation utile.

Mais si votre article ne vous a pas aidé à choisir, comment aidera-t-il votre lecteur ?

Les grandes listes offrent des options, mais elles vont aussi plus loin : elles prennent position et font une recommandation d’opinion unique.

C’est un différenciateur puissant.

En recherchant une expérience de première main des choses examinées, il est possible de se forger une opinion et de faire des recommandations claires et défendables : nous avons fait nos devoirs; voici celui que vous devriez acheter.

Wirecutter maîtrise cette stratégie, combinant des recherches approfondies (pour sa meilleure carte de verres à vin quotidienne, évaluer plus de 250 verres) avec une seule recommandation finale.

Optimisez les revenus, pas les pages vues

Ces recommandations sonnent probablement très bien en théorie, mais valent-elles vraiment la peine d’être mises en œuvre ?

Avons-nous vraiment besoin de consacrer plus de temps et d’argent au contenu de la liste si nous pouvons générer des dizaines de milliers de pages vues mensuellement à partir d’articles avec une méthodologie de recherche moins rigoureuse ?

Oui.

Les pages vues ne sont utiles que dans la mesure où elles augmentent notre capacité à générer des revenus.

long, sinueux articles d’imitationqui manquent de recommandations claires et sont écrits sans recherche crédible peuvent générer des pages vues (pour l’instant), mais ils ne génèrent pas de revenus.


Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur invité et pas nécessairement celles de Search Engine Land. Les auteurs du personnel sont répertoriés ici.


Nouveau sur Search Engine Land

A propos de l’auteur

Ryan Law est le vice-président du contenu pour les animaux, une agence de marketing de contenu qui rend Internet plus utile. Ryan a plus de 10 ans d’expérience en tant qu’écrivain, stratège de contenu, directeur marketing et fondateur d’agence.



Cet article a été traduit par searchengineland

Related Posts

Leave a Comment