Ce que vous devez savoir sur les changements de Google en matière de confidentialité et de suivi des publicités en 2022 - The Click Fraud Blog


En février 2022, Google a annoncé qu’il mettrait fin traçage entre les applications dans Android. Pour les annonceurs, cela signifie un ciblage moins efficace de l’écosystème d’applications de Google. Mais c’est un changement qui est en marche depuis un certain temps, et les vrais changements n’auront pas lieu avant deux ans.

La plupart d’entre nous, en tant que spécialistes du marketing numérique, l’avons vu venir. Parlez d’abord de la confidentialité et les changements de suivi grondent depuis plusieurs années.

En avril 2021, Apple a annoncé qu’il donnerait aux utilisateurs plus de pouvoir pour annuler le suivi sur leurs appareils avec sa mise à jour iOS 14.

À peu près au même moment, Google a annoncé qu’il introduirait son bac à sable de confidentialité et supprimerait les cookies tiers. Bien que certaines de ses méthodes aient été modifiées, Google continue d’avancer avec une approche plus ciblée de la confidentialité sur Internet.

Et Facebook ? Eh bien, Meta, comme on les appelle maintenant, est encore sous le choc des changements introduits par Apple. Mais il y a de fortes chances qu’ils soient des leaders dans le métaverse, pour ce que ça vaut.

Alors, qu’est-ce que tout cela signifie pour l’avenir de la publicité en ligne ? Pour le paiement au clic en particulier, il y aura probablement de grands changements d’emploi en 2022 et au-delà.

La montée et la chute du suivi et des publicités ciblées

Depuis que Google a lancé son outil de recherche Internet innovant, le paiement par clic a été utilisé pour monétiser son activité. Et cela a du sens, bien sûr. Si les internautes recherchent quelque chose, ils sont plus susceptibles de convertir sur une annonce bien placée.

L’utilisation de cookies tiers ajoute une autre dimension à cette méthode publicitaire.

S’ils ont consulté certains sites Web ou recherché certaines choses, nous pouvons faire des déductions raisonnables sur l’intérêt légitime des personnes.

Bien que cela fonctionne très bien pour les annonceurs, ce n’est pas si bon pour les gens. Surtout lorsque vous tenez compte des problèmes de confidentialité.

Et avec Facebook, la question devient encore plus complexe.

Quelques scandales très médiatisés (analyse de cambridge) et le problème des fausses nouvelles sur les médias sociaux, la polarisation sociale et l’extrémisme ont ajouté de l’huile sur le feu concernant la façon dont le contenu est ciblé. Par conséquent, la question du suivi et du ciblage en ligne s’est accélérée au sommet de la liste des tâches de l’industrie numérique.

La question de savoir si les problèmes avec Facebook ont ​​eu ou non un impact direct sur les décisions de Google et d’Apple est sujette à débat. Mais des préoccupations plus larges concernant la confidentialité en ligne mijotent sous la surface depuis de nombreuses années.

Cela fait également suite à la décision de l’UE selon laquelle le mécanisme de consentement pour le GDPR, ces boîtes d’autorisation de cookies intrusives, sont en fait illégaux en vertu du droit européen.

Pour les internautes et les consommateurs, ces changements dans la vie privée en ligne doivent être célébrés. La plupart des gens veulent garder leurs données privées et éviter de les partager avec des centaines ou des milliers d’entreprises à travers le monde.

Mais dans le monde du marketing, on nous a toujours dit que la personnalisation c’est mieux. C’est vrai?

Les internautes souhaitent-ils des publicités ciblées pertinentes ?

L’un des principaux arguments en faveur du suivi en ligne et de la publicité ciblée est que les gens préfèrent les publicités qui les concernent.

Cependant, cet argument a été fortement remis en question par les derniers changements de suivi d’Apple. Avec la mise à jour 2021 d’iOS 14, les utilisateurs peuvent activer ou désactiver des plateformes tierces comme Facebook.

Au moins aux États-Unis, la réponse a été écrasante. 94% des utilisateurs Je préférerais ne pas partager vos données. Cela signifie que la plupart des utilisateurs d’iPhone ont choisi de ne pas recevoir de publicités ciblées ou pertinentes.

UN Étude Global Witness ont constaté que seulement 11 % des personnes sont satisfaites que leurs données personnelles soient utilisées pour les cibler avec des publicités. La même étude a révélé que 57 % des personnes ne souhaitaient pas être ciblées par des publicités et 26 % s’opposaient au ciblage publicitaire politique.

Les spécialistes du marketing peuvent également utiliser les statistiques selon lesquelles le RGPD a été largement inutile, avec 50 % à 76 % des personnes ignorant ces cookies contextuels (étude deloitte). Mais se retirer de la politique en matière de cookies de chaque site Web que vous visitez est beaucoup plus compliqué que de refuser l’accès via votre système d’exploitation.

Le moyen le plus courant pour les gens de bloquer les publicités est d’utiliser des bloqueurs de publicités. En fait, environ 40 % des utilisateurs bloquent les publicités à l’aide de bloqueurs de publicités (la sourceune la sourcedeux).

Considérant qu’une grande partie des internautes ne sont pas férus de technologie, ou même ignorent les bloqueurs de publicités, il s’agit toujours d’une grande partie des internautes mondiaux.

De plus, les options de navigation et de recherche axées sur la confidentialité sont également en augmentation. Brave, le navigateur de site Web basé sur la confidentialité qui bloque les publicités en standard, a vu sa base d’utilisateurs doubler chaque année au cours des 5 dernières années. (la source)

En fin de compte, les gens disent qu’ils ne font pas confiance à la publicité numérique ou la trouvent si intrusive qu’ils préfèrent ne pas y être exposés.

Et ils sont heureux d’éviter la publicité personnalisée si cela signifie qu’ils gardent le contrôle de leurs données personnelles.

le changement est en route

Malgré les objections des spécialistes du marketing, l’industrie du marketing numérique répond à la demande de changement.

La publicité en ligne paie toujours une grande partie de l’Internet gratuit, et les gens comprennent que le contenu gratuit a un prix. Mais en général ils préfèrent que le prix ne soit pas leurs données personnelles.

Quelle que soit la façon dont vous le regardez, les méthodes de suivi des utilisateurs en ligne vont changer (elles le sont déjà). Ainsi, quel que soit l’impact sur la manière dont nos publicités sont diffusées ou sur les méthodes que nous utilisons pour cibler notre public, les spécialistes du marketing devront s’adapter.

Ces changements de suivi signifient-ils des annonces moins efficaces ?

Bien qu’il soit peut-être trop tôt pour donner une réponse définitive à ce stade, nous pouvons examiner d’autres changements récents en matière de confidentialité pour voir comment l’industrie s’en est sortie.

L’un des changements les plus importants est la législation récente, en particulier le GDPR et le CCPA. Ces deux initiatives visant à protéger la vie privée numérique des citoyens de l’Union européenne et de la Californie n’ont eu que peu ou pas d’impact sur la popularité des campagnes publicitaires PPC auprès des spécialistes du marketing.

Oui, il y a eu des perturbations dans les activités des entreprises de technologie publicitaire avant le RGPD. Mais il semble qu’en général, les effets réels pour les spécialistes du marketing aient été minimes, selon Cet article.

En fait, malgré la perte initiale en moyenne de 23 % de leur base de données en raison de la modification de la loi en Europe, après un an de RGPD, les spécialistes du marketing ont développé leurs bases de données et ont même vu des gains au-delà des niveaux pré-RGPD. (la source)

Le changement est-il bon ?

Bien que les mises à jour imminentes de Google sur la confidentialité et la menace de moins de suivi et moins de ciblage présentent un casse-tête pour les spécialistes du marketing numérique, le fait est que le changement se produit toujours.

Google et Facebook ont ​​changé la façon dont les publicités sont ciblées ou dont les campagnes sont exécutées plusieurs fois.

Ainsi, même s’il peut sembler que ces changements pourraient être très perturbateurs, la vérité est que le changement présente des opportunités. L’occasion d’améliorer nos processus et de changer la façon dont nous transmettons notre message.

Ilan Missulawin de ClickCease déclare : Alors que les spécialistes du marketing adorent le suivi des publicités, les clients ne l’aiment pas. Et les grands acteurs de la technologie publicitaire ont dû trouver un moyen de faire fonctionner leurs plateformes pour les annonceurs payants, sans compromettre la confidentialité de leurs utilisateurs.

Jusqu’à présent, cela a été un exercice d’équilibre et les changements de piste sont, en toute honnêteté, totalement en retard.

… Le problème a été aggravé par le problème omniprésent de la fraude au clic et de la fraude publicitaire, qui ont nui à la réputation des publicités PPC. Et c’est un problème que les fournisseurs d’adtech n’ont jamais vraiment résolu.

Les mises à jour de suivi et de confidentialité de Google auront-elles donc un impact sur les taux de trafic invalide dans la publicité numérique ?

Le faux problème de trafic

En 2021, nous avons publié des données soulignant que les faux clics sur les publicités payantes, également connus sous le nom de fraude au clic ou fraude publicitaire, étaient responsables de plus de 35 milliards de dollars de perte de revenus.

Bien que souvent minimisée par les plateformes de recherche et dans une certaine mesure par les spécialistes du marketing, la fraude au clic augmente chaque année depuis l’aube du marketing numérique.

Nos données internes montrent que nous bloquons en moyenne plus de 14 % de tous les clics publicitaires comme étant frauduleux. Et c’est plus tard les filtres appliqués par Google.

En savoir plus sur la fraude au clic dans notre guide complet

Sur Facebook, il ne s’agit pas tant de faux clics publicitaires que de faux profils. Les impressions des comptes automatisés et des bots sont tout aussi problématiques sur Facebook et Instagram, bien que le pourcentage soit légèrement inférieur à celui de Google.

Bien que vous puissiez penser que les cookies et le suivi devraient aider à éliminer le trafic invalide en identifiant les vrais utilisateurs, ce n’est pas le cas.

Google a annoncé en 2021 qu’il changerait la façon dont il surveille le trafic invalide, dans le cadre de son passage au suivi des publicités FLoC. Cependant, cette initiative a été abandonnée et nous n’avons plus rien entendu au sujet du blocage des bots ou du filtrage des fraudes, explique Ilan.

Nos filtres anti-fraude préservent déjà la confidentialité des utilisateurs, mais sont plus efficaces pour supprimer les bots et autres formes d’activités malveillantes dans les publicités payantes.

Il reste à voir quels changements seront introduits pour réduire le trafic invalide. La confidentialité reste l’objectif principal. Mais quelles que soient les nouvelles solutions disponibles pour préserver la confidentialité lors de la diffusion d’annonces, les spécialistes du marketing trouveront probablement toujours un moyen de prospérer. Eh bien c’est ce que nous faisons !


Vous lancez des campagnes PPC sur Google Ads ou Facebook Ads ? Vérifiez quelle part de votre trafic est authentique, filtrez les bots et les clics malveillants, et bien plus encore. Exécutez votre propre audit de campagne publicitaire lorsque vous vous inscrivez pour un essai GRATUIT de ClickCease aujourd’hui.



Cet article a été traduit par clickcease

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici