Comment (et quand) dire non en tant que freelance


Savoir quand dire non à certaines missions est l’une des choses les plus difficiles mais essentielles à apprendre pour les freelances. La nature même du travail indépendant est son imprévisibilité. Il n’est pas toujours possible de prévoir d’avoir X quantité de travail qui va générer Y somme d’argent. Donc, en tant qu’indépendants, il est naturel que nous voulions assumer toutes les tâches qui nous sont confiées. Bien que ce soit une bonne idée de rester affamé et de travailler suffisamment pour assurer un revenu de base sûr, il y a des moments où il est normal de dire non. Ce sont des scénarios courants.

Quand le paiement est promis pour “plus tard”…

Ne vous laissez pas prendre dans cette situation. Bien que les nouveaux clients puissent hésiter à vous payer intégralement à l’avance, voyez si vous pouvez conclure un accord où vous obtenez, disons, 25% d’acompte. Dans tous les cas, établissez un contrat. Ou passez par une plateforme tierce qui conservera le paiement en toute sécurité jusqu’à ce que le projet soit terminé. Évitez de travailler gratuitement, sauf s’il s’agit d’un projet qui vous passionne ou d’une cause qui vous tient à cœur, mais indiquez clairement que vous faites du bénévolat.

Quand des révisions interminables sont demandées…

Ou lorsque le processus d’examen n’est pas clairement défini. Encore une fois, créez un contrat avec votre client qui stipule une politique d’examen équitable. Si vous ne le faites pas, et surtout si vous avez accepté de travailler pour un montant forfaitaire, ce qui semblait autrefois être un bon chèque de paie se transformera en une somme insignifiante.

Quand les clients n’arrêtent pas de demander des extras…

Vous avez établi les termes d’un projet et convenu d’un montant. Mais ensuite, votre client continue d’ajouter des demandes sans surcoût. C’est ce qu’on appelle le changement de portée. Apprenez à le repérer et à l’éviter. Lorsqu’un client vous demande des extras, proposez un tarif. Mieux encore, soyez le premier à mentionner le fait que vous devrez être indemnisé pour le travail supplémentaire. N’oubliez pas que lorsque vous êtes indépendant, votre temps c’est de l’argent. Ne laissez pas vos clients le couper gratuitement.

Quand tu es trop occupé…

Avertissement : Considérez d’abord le client. Si vous en avez trop dans votre assiette, vous pouvez dire non aux clients moins importants. Mais vous ne devriez jamais refuser le travail de clients importants ou de rêve. Quand tu ne peux pas dire non, essaie embaucher un assistant virtuel pour aider à réduire la charge.

Quand tu es sous-payé…

Encore une fois, il peut y avoir des moments où il est logique de travailler pour moins, comme sur un projet passionnel. Mais la plupart du temps, cela ne fera que vous blesser. Vérifiez le Bureau of Labor Statistics pour voir si leurs tarifs sont conformes aux normes de l’industrie. Parlez à d’autres indépendants. Faites vos recherches pour vous assurer que vous n’êtes pas sous-payé ou trop peu payé pour votre travail.

Quand ton instinct te dit non…

Écoutez votre instinct. Si un client potentiel vous inspire un sentiment d’effroi, dites non. N’oubliez pas que vous interagirez fréquemment avec les clients. Si c’est quelqu’un en qui vous sentez que vous ne pouvez pas faire confiance, écoutez-vous. Mais si le travail indépendant est ce qui vous fait peur, il est peut-être temps de faire quelque chose. orientation professionnelle.

Quand un client ne sait pas ce qu’il veut…

Et il s’attend à ce que vous soyez un lecteur d’esprit ou que vous trouviez des solutions à des problèmes en dehors de votre domaine d’expertise. Ce type de client épuisera votre temps et testera votre patience. Mais avant de dire non, suggérez avec tact qu’ils examinent la proposition et vous recontactent lorsqu’ils sont prêts.

Quand un client vous vole votre travail…

Certains clients contraires à l’éthique organiseront une réunion, obtiendront vos idées, puis les mettront en œuvre sans même vous embaucher ou vous créditer correctement. Être attentif. Demandez aux clients potentiels de soumettre un devis et une proposition détaillés et expliquez en détail ce qu’ils attendent de vous. À long terme, apprendre à le dire ne profitera pas à votre carrière de pigiste. Lorsque les freelances disent “non” au bon moment, ils finissent par gagner le respect des clients et prospects. Et si vous craignez de trouver des clients lorsque vous avez besoin de plus de travail, vous pouvez toujours essayer d’offrir vos services en ligne. cinq.

Êtes-vous travailleur autonome? Avez-vous déjà bénéficié du fait de refuser des missions ? Comment le faire avec tact ? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous !



Cet article a été traduit par fiverr

Laisser un commentaire