l’automatisation la partie la moins préférée de PPC


Aimez-le ou détestez-le, le PPC est une partie du marketing numérique qui ne disparaîtra pas de si tôt. Je travaille dans PPC depuis plus de 10 ans et j’ai tout vu. ETA, RSA, coût par contact ? (En vous regardant, Apple), les modificateurs de requête large (RIP) et l’attribution, pour ne citer que quelques-uns des changements les plus récents.

Plus tôt ce mois-ci, nous vous avons demandé “Quelle est la partie de PPC que vous aimez le moins ?”

Nous avons reçu un nombre écrasant de réponses allant de l’assistance Google pour les agences (sans infraction) aux clients ayant des attentes irréalistes. Mais une réponse s’est imposée : Automatisation Google.

Plongeons.

L’automatisation peut être votre meilleur ami ou un cauchemar. Apprendre à naviguer et trouver un équilibre entre l’apprentissage automatique et la gestion manuelle a été dans l’esprit de nombreux spécialistes du marketing ces derniers temps. (Avez-vous attrapé Brad Geddes ? fondamental le jour 2 de SMX Advanced ?)

C’est ce que tu as dit :

  • “L’évolution de Google vers l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique qui, en fin de compte, éloignent la prise de décision et le contrôle des annonceurs. Bien qu’il puisse être logique pour certains annonceurs d’avoir plus d’automatisation, pour d’autres qui ont le désir, les connaissances et les ressources, il existe de solides arguments en faveur de la poursuite de l’orchestration manuelle et de l’audit des comptes. Les études que nous avons réalisées ont déjà montré des résultats moins souhaitables avec les mises à jour des types de correspondance et l’introduction du RSA. On a vraiment l’impression que ces initiatives de Google sont motivées par leur objectif d’augmenter les dépenses des annonceurs.”
  • “Avoir un contrôle constant de ce que nous faisons supprimé grâce à l’automatisation.”
  • “Tout devient plus automatisé, un ciblage large, moins d’informations sur les données et généralement moins de contrôle sur vos campagnes.”
  • « Perte progressive de contrôle sur l’orientation au fil des ans. Les moteurs de recherche introduisent des modifications qui nuisent clairement aux performances, mais les vendent aux annonceurs en tant que “mises à jour”.
  • “Donnez tout le contrôle à Google avec les enchères intelligentes, les annonces dynamiques et aucun rapport, alors que les prix augmentent d’année en année !”
  • “Google impose l’automatisation à ceux d’entre nous qui n’en veulent pas.”
  • “Ma plus grande frustration est la pression constante pour abandonner le contrôle des performances des plates-formes en ajoutant des fonctionnalités d’automatisation et en élargissant notre ciblage.
  • « Je crois aux algorithmes que je crée. Mais l’idée que nous devrions commencer de nouvelles campagnes avec des mots clés en requête large, dans une stratégie d’enchères automatisées, avec une copie publicitaire faite par un robot et simplement croire que cela fonctionnera est stupide et manifestement fausse, même sur la base de la quantité limitée de données sur les termes de recherche que nous ont. obtenir. Il est donc très difficile de faire confiance à tout ce que Google a à offrir, et particulièrement difficile de faire confiance aux représentants qui reçoivent évidemment des bonus basés sur les taux d’acceptation des fonctionnalités d’automatisation. Notre travail consiste à introduire les données dans le système, à nous assurer qu’il s’agit des bonnes données et, à partir de là, à permettre aux algorithmes de découvrir une valeur supplémentaire que nous ne pouvons pas voir, en fonction de ce que nous disons qu’elle est précieuse pour nous. »
  • « L’enchère automatique, c’est tout ou rien. Je souhaite désactiver certains objectifs et utiliser les enchères automatiques en même temps. Mais je ne peux pas et SA360 n’a pas appris quand une option d’orientation fonctionne terriblement sur mon compte. Je sais quand cela se produit et je devrais pouvoir éteindre les appareils ou sélectionner le ciblage DOW/créneaux horaires et le faire fonctionner à partir de là au lieu de devoir passer aux enchères manuelles.
  • “Ces jours-ci, la partie la moins préférée de PPC est l’automatisation forcée. Il est conçu pour les comptes à volume élevé, en particulier le commerce électronique, et ne fonctionne tout simplement pas de la même manière pour les comptes de conversion à faible volume. C’est vraiment frustrant d’avoir de moins en moins d’options disponibles pour gérer ces types de comptes avec succès. L’accès réduit aux données qui fait partie de l’automatisation est également frustrant. Les plates-formes nous en montrent moins et attendent de nous que nous « fassions simplement confiance à l’apprentissage automatique ». Eh bien, j’ai vu les rapports de requête (avec les données que nous pouvons encore voir !) Et je ne fais pas beaucoup confiance à l’apprentissage automatique d’après ce que j’y vois. »
  • “La pression constante pour l’automatisation par les représentants de Google et Bing. Je comprends, c’est votre travail d’augmenter les revenus de Google et Microsoft. Nous utilisons les enchères automatiques et cela fonctionne pour certains produits jusqu’à ce qu’ils commencent à se consommer et nous devons revenir aux enchères manuelles pour corriger les performances. »
  • “Google force son automatisation sur chaque compte. Certains d’entre eux sont bons, mais d’autres ne fonctionnent tout simplement pas dans certaines circonstances et c’est clairement une source de revenus pour eux.”
  • “La poussée constante pour pousser les enchères automatisées. Je ne travaille qu’avec des entreprises locales pour la génération de leads et les recommandations sont rarement pertinentes. Dans le même ordre d’idées, ils contournent l’agence pour parler au client qui ne comprend pas, donc ça me mine constamment.”

Google Support. De nombreuses réponses que nous avons reçues mentionnent spécifiquement que le support Google fait défaut lorsqu’il s’agit d’offrir de l’aide. Peu importe à quel point ils essaient, la plupart du temps, ils n’atteignent pas la cible.

  • “Les représentants de Google qui vous disent simplement de tout appliquer à partir de l’onglet Recommandations et n’offrent aucune information ou conseil supplémentaire. Je n’ai pas besoin d’un appel téléphonique pour me dire de consulter l’onglet Recommandations et j’appliquerai toutes les recommandations appropriées, pas seulement pour améliorer le score d’un compte sans intérêt.”
  • “Le manque de transparence de Google et leurs gestionnaires de compte me poursuivent pour avoir augmenté les budgets quotidiens !”
  • “Ce que j’aime le moins dans PPC, ce sont les représentants de Google qui vous appellent même au milieu de la nuit. Bien qu’il y ait des moments où ses conseils ont du sens, mais le plus souvent, cela ne fera que exploser votre budget. Ils sont très ennuyeux pour être honnête. Je reçois plus de recommandations sensées dans les groupes Facebook que chez leurs représentants ».
  • “Les appels constants des représentants de Google proposant des solutions détériorent invariablement les performances de ma campagne. Les appels et les courriels sont continus. C’est à la limite du harcèlement, et même si je suis en Europe, donc je peux généralement profiter des lois sur la confidentialité pour arrêter ce genre de choses, Google semble être au-dessus de ces lois et continue malgré tout, même lorsque je leur ai demandé d’arrêter. ”
  • “Représentants publicitaires Google. Mauvais conseil.”
  • “Les représentants de Google harcèlent pour appliquer des recommandations automatiques”.
  • “Traiter avec des représentants de Google qui sont plus soucieux d’augmenter les résultats de Google que leurs résultats.”

Nous commençons à voir une tendance ici.

Mais Google n’est pas le seul contrevenant en matière de publicité payante. facebook et microsoft Faites une apparition aussi.

  • “Facebook Ads est devenu extrêmement difficile à gérer avec trop de problèmes, de politiques et d’assistance par chat inutile et pathétique.”
  • « Le fait que nous ayons peu ou rien à dire sur son avenir. Google, Facebook, Microsoft, etc. Alabama. faire ce qu’ils veulent avec beaucoup plus de changements à venir comme moyens de faire gagner plus d’argent à ces entreprises en nous enlevant le contrôle.
  • “Étranges changements apportés par Facebook. Expliquer le paysage en constante évolution aux prospects qui ne semblent tout simplement pas comprendre que la publicité en ligne n’est pas une alternative bon marché.”
  • “Les publicités que j’ai publiées un million de fois auparavant ne sont soudainement pas approuvées par Facebook et sont rejetées. Je fais appel et je les récupère, mais sérieusement, que s’est-il passé ?
  • “Les changements d’interface sont trop fréquents, Google bricole avec les types de correspondance et Facebook modifie ses options de ciblage, rendant impossible le développement de méthodes à long terme.”

Qu’en est-il des clientes ? Les agences s’unissent lorsqu’il s’agit de gérer les attentes des clients.

  • “Explicar a cada cliente cómo funciona Google en lo que respecta al “modo de aprendizaje”: cada cliente parece tan preocupado por el rendimiento semana tras semana cuando todos saben que no es un buen indicador real del rendimiento, especialmente cuando realiza grandes cambios en la compte. . Et expliquer le mode d’apprentissage, c’est comme perdre du temps avec les clients. Ils ne comprennent pas, peu importe comment vous le simplifiez.”
  • « Des clients qui ne comprennent pas comment fonctionne le marketing. Demandez la “notoriété de la marque” sur la recherche Google et lancez une campagne de remarketing avec une stratégie d’audience “d’impressions maximales”.
  • « Petits budgets ! Souvent, plus le budget est petit, plus l’argent du client est précieux, ce qui signifie à son tour la nécessité d’obtenir des résultats qu’il est rarement possible d’obtenir. Surtout pour les industries avec des CPC de recherche élevés… 500 $ ne suffisent pas, même si 500 $ représentent beaucoup d’argent pour une petite entreprise. Les options finissent par ressembler à (1) des miracles, (2) de la déception ou (3) le rejet des perspectives à petit budget.
  • “Le client.” (MDR)
  • « Je travaille pour une agence. Ce que je préfère le moins à propos de PPC, c’est de dire aux clients qu’ils ne peuvent pas obtenir 100 clients CVC avec un budget mensuel de 2 000 $ lorsque le temps est doux. Ils peuvent se plaindre toute la journée et cela ne changera rien au fait qu’ils demandent un miracle et je suis désolé pas cher, je ne suis pas désolé.”
  • “La plupart de mes clients sont formidables, mais le flux constant d’e-mails et d’appels est épuisant et prend beaucoup de temps sur le travail que j’aime vraiment faire : tester et optimiser.”

Plus moins de favoris. Bien que ceux-ci ne rentrent dans aucune catégorie, nous avons pensé qu’ils méritaient une mention honorable.

  • “Le manque d’options pour l’orientation B2B. Cela est vrai sur toutes les plateformes sauf LinkedIn. Il existe d’innombrables options de ciblage de niche pour le B2C et quelques-unes pour le B2B, et celles qui s’appliquent au B2B sont si génériques qu’elles ne fonctionnent pas bien. De plus, les taux de correspondance pour les audiences propriétaires sont horribles : 10 à 15 % dans certains cas. Donc, utiliser ses propres données n’est pas vraiment une solution non plus.”
  • « Recueillez des données pour déterminer les performances des annonces et effectuez des ajustements. Je n’ai pas encore trouvé de plateforme intuitive, ni même facile à utiliser. Le deuxième sujet (connexe) le moins apprécié est le suivi des conversions, qui semble également être beaucoup plus complexe qu’il ne devrait l’être.
  • “Ma partie la moins préférée du PPC est l’attribution. Tous ceux qui travaillent en PPC ont ou ont dû démontrer la valeur de ce que nous faisons et cela est de plus en plus difficile à faire sans pouvoir attribuer notre travail aux objectifs généraux ».
  • « Il y a plusieurs choses, mais ce que j’aime le moins, c’est le facteur humain, des clients aux développeurs. Alternativement, il s’agit du suivi des conversions, car ni GTM ni le mode de consentement de Google ne sont conformes au RGPD sous sa forme actuelle.”
  • “Ce n’est tout simplement pas rentable.”
  • “Essayer d’expliquer aux clients que le PPC est une approche omnicanale. Les campagnes PPC contribuent aux ventes en ligne, mais aussi aux ventes hors ligne.
  • “Vol par des bots et des concurrents.”

Pourquoi s’en soucie-t-on ? Il est bon de savoir que nous ne sommes pas seuls lorsque nous sommes frustrés par notre travail. Que nous travaillions pour des agences ou des équipes marketing internes, nous sommes tous confrontés à des problèmes et des préoccupations similaires. Il est important en marketing (maintenant plus que jamais) de s’adapter au changement, mais cela ne le rend pas moins exaspérant.


Nouveau sur Search Engine Land

A propos de l’auteur

Nicole Farley est une éditrice de Search Engine Land couvrant tout ce qui concerne le PPC. En plus d’être un vétéran du Corps des Marines, elle possède une vaste expérience dans le marketing numérique, un MBA et un penchant pour le vrai crime, les podcasts, les voyages et les collations.



Cet article a été traduit par searchengineland

Laisser un commentaire