Marketing vs RGPD : l'Europe réglemente le mécanisme de consentement de l'IAB est illégal - The Click Fraud Blog


Que vous cliquiez régulièrement sur tout accepter ou que vous examiniez attentivement les autorisations pour enregistrer les préférences ; La vérité est que ces popups de consentement marketing ne sont pas conformes aux réglementations européennes GDPR.

En fait, la DPA belge a statué, en février 2022, que le Transparency and Consent Framework (TCF) de l’IAB viole le RGPD et le droit européen. (communiqué de presse)

Les affirmations sous-jacentes sont que le TCF ne traite pas les données personnelles de manière sécurisée, comme l’exige le RGPD. Parallèlement à ces réclamations, la chambre contentieuse de la DPA a constaté que la définition de l’intérêt légitime n’a pas été correctement définie et que les données sont régulièrement vendues des centaines de fois par jour, ce qui est contraire à la loi en Europe.

À la suite de cette constatation, la chambre contentieuse de la DPA belge a infligé une amende de 250 000 à IAB Europe. L’IAB a également été sommée de mettre son cadre de collecte de données en conformité avec le droit européen dans un délai de six mois.

La DPA a également informé l’IAB Europe qu’elle doit supprimer toutes les informations collectées dans le cadre du TCF sans délai excessif. En bref, les matières premières de ciblage publicitaire utilisées par Google, Facebook, Amazon et les plateformes publicitaires ont été déclarées illégales et doivent être supprimées pour les utilisateurs de l’Union européenne.

Comment on est venu ici

Interactive Advertising Bureau (IAB) est une société américaine dont l’objectif est de maintenir les normes numériques en ligne. Cela inclut d’aider les plateformes publicitaires et les éditeurs à rester du bon côté de la loi en ce qui concerne le traitement des données, comme la collecte de cookies tiers.

Cependant, le Conseil irlandais pour les libertés civiles (ICCL) a intenté une action en justice contre l’IAB alléguant que le cadre européen, le TCF, ne respecte pas les normes du droit européen et viole les droits à la vie privée, malgré son intention de les protéger.

Johnny Ryan d’ICCL, ancien professionnel de la technologie publicitaire, a déclaré dans une interview avec ForbesL’industrie du suivi a cherché à combler l’énorme manque de données sous-jacent à la publicité en ligne.

Ils ont essayé de résoudre ce problème avec des boutons OK, mais l’industrie savait que vous ne pouvez pas demander à quelqu’un d’approuver une violation de données. Vous devez savoir ce que vous demandez. (sic)

Qu’est-ce que cela signifie pour le marketing numérique ?

Essentiellement, ces pop-ups demandant votre consentement ont été déclarées illégales en Europe. Par extension, cette décision s’appliquera probablement également à d’autres lois régionales sur la protection des données, telles que la CCPA de Californie. Ce n’est peut-être qu’une question de temps avant qu’une action en justice similaire ne soit intentée contre l’IAB dans différents territoires.

Pour les spécialistes du marketing numérique utilisant des annonces d’enchères en temps réel n’importe où en ligne, comme Google Ads, les conséquences seront des annonces moins ciblées en Europe.

Cependant, alors que la décision stipule que les informations des plates-formes de technologie publicitaire sur les consommateurs devraient être supprimées, nous verrons probablement une contre-attaque légale de l’IAB, ce qui signifie que la décision ne sera pas prise immédiatement.

En effet, malgré cette décision, IAB Europe a publié une déclaration selon laquelle la décision est : … erronée en droit et aura des conséquences négatives imprévues importantes qui vont bien au-delà de l’industrie de la publicité numérique. Nous étudions toutes les options concernant une contestation judiciaire.

Cette annonce intervient également après le rejet de la tentative de Google de modifier la manière dont les données sont collectées en ligne. L’annonce de 2021 du passage aux cohortes a été conçue pour aider à garder les utilisateurs anonymes en ligne. Cependant, cette décision a été largement opposée et considérée comme similaire, car les principales plates-formes publicitaires ont du mal à respecter leurs engagements de fournir une expérience Web axée sur la confidentialité.

Au moins pour le moment, le marketing numérique est toujours comme d’habitude. Mais des appels de plus en plus forts pour moins de suivi et plus de transparence sur les données détenues par les géants du numérique exercent une pression.

Attendez-vous à ce que ce soit une nouvelle continue pendant encore quelques années.



Cet article a été traduit par clickcease

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici