Home WordPress Nous désactivons les pages AMP dans Search Engine Land

Nous désactivons les pages AMP dans Search Engine Land

by saber
Nous désactivons les pages AMP dans Search Engine Land


Haleter! Pensez au trafic !

C’est une description assez précise des plus de deux douzaines de conversations que nous avons eues sur la prise en charge de Search Engine Lands pour les pages mobiles accélérées de Google au cours des dernières années. Au début, il s’agissait du casse-tête de la gestion de la base de code distincte requise par AMP, ainsi que du chaos qu’AMP provoque dans l’analyse lorsqu’une bonne partie du temps de votre public est passée sur un serveur externe qui n’est pas connecté à votre propre site. Cependant, la décision de Google de ne plus exiger l’inclusion d’AMP dans les carrousels Story Highlights nous a donné une autre raison de remettre en question la sagesse de la prise en charge d’AMP.

Donc ce vendredi, ils l’ont fermé.

Comment on est venu ici

Même lorsque Google envoyait beaucoup de trafic vers des articles AMP classés dans les meilleures histoires, la compensation avait ses problèmes. Pour un petit éditeur aux ressources limitées, un travail de développement est envisagé. Et ne pas être en mesure de comprendre pleinement comment les utilisateurs ont migré entre les pages AMP et non AMP signifiait que notre image de retour et nos visiteurs très engagés étaient défectueux.

Cependant, en août dernier, nous avons constaté une baisse significative du trafic vers les pages AMP, ce qui suggère que l’inclusion de pages non AMP provenant de sources concurrentes dans Story Highlights faisait des ravages.

Notre propre analyse a montré qu’entre juillet et août, nous avons constaté une baisse de 34 % du trafic AMP, établissant une nouvelle référence pour le trafic qui a été constant d’un mois à l’autre tout au long de l’automne.

Trafic mensuel de la page AMP vers Search Engine Land d’avril 2021 à octobre 2021.

Cette semaine, nous avons également appris que Twitter avait cessé de renvoyer les utilisateurs mobiles vers les versions AMP, supprimant notre troisième plus grand référent vers les pages AMP derrière Google et LinkedIn. Nous avons également vu les références de LinkedIn chuter, ce qui suggère qu’à la fin du mois de novembre, nous serons confrontés à une autre baisse de base du trafic vers les pages AMP.

Les éditeurs ont été réticents à supprimer AMP en raison de l’effet inconnu qu’il peut avoir sur le trafic. Mais ce que nos données semblaient nous dire, c’est qu’il y avait tout autant de risques de l’autre côté. Nous pourrions conserver les pages AMP, dont nous savons qu’elles ont une bonne expérience selon les normes de Google, et leur visibilité diminuerait de toute façon en raison de la concurrence dans les articles en vedette et de la baisse du soutien des plateformes de médias sociaux.

Lire ensuite : Google a ralenti la vitesse des pages non AMP, créé un format pour entraver les offres d’en-tête, réclamations antitrust

Nous savons à quoi ressemble un chemin vers l’oubli, et nos données suggèrent que la visibilité AMP est sur ce chemin. Au lieu d’emmener cela nulle part, nous avons décidé de désactiver AMP et de reprendre le contrôle de nos données.

Comment allons nous

Si vous êtes prêt et que vos pages mobiles offrent de bonnes performances, je pense que vous devriez commencer à tester. C’est ce que dit Conde Nast, vice-président mondial de la stratégie de développement de l’audience, John Shehata. dit aux participants à SMX Next ce mois-ci lorsqu’on lui a posé des questions sur la suppression des AMP.

Shehata a suggéré une stratégie sur mesure qui commence par la suppression de l’AMP sur les articles après sept jours, puis passe à la suppression de l’AMP sur les collections thématiques plus importantes.

Si tout se passe bien parcourez tout le site, dit je pense que ce sera mieux sur le long terme.

Cela dépend bien sûr de la vitesse et de l’expérience de vos pages mobiles natives, a-t-il déclaré.

Le Washington Post, qui est toujours répertorié comme AMP Success Story sur le site AMP Projecta en fait désactivé AMP il y a quelque temps, a déclaré Shani George, vice-présidente des communications du Post.

Créer une expérience de lecture axée sur la rapidité et la qualité est depuis longtemps une priorité pour nous, a-t-il ajouté, en nous indiquant un long article que son équipe d’ingénieurs a publié cet été sur votre travail sur Core Web Vitals.

Étant donné que nous sommes un petit éditeur de niche, notre plan est de conserver nos ressources et de désactiver AMP pour l’ensemble du site en une seule fois. Notre système de gestion de contenu principal est WordPress, et AMP est actuellement configuré pour les publications uniquement, pas pour les pages. Mais cela inclut de loin la plupart de notre contenu.

Notre plan est d’utiliser initialement les redirections 302. De cette façon, nous disions à Google que ceux-ci sont temporaires et qu’il n’y aura pas de problèmes de PageRank si nous les désactivons (ou les remplaçons par 301). Eh bien, découvrez comment nos pages fonctionnent sans AMP. S’il n’y a pas de différence mesurable, remplacez ces redirections 302 par des redirections 301 permanentes. Les 301 doivent envoyer tout PageRank obtenu à partir des URL AMP à leurs homologues non AMP.

Bien sûr, si le pire scénario se produit et que le trafic chute au-delà de ce que nous pouvons gérer, nous désactiverons les redirections 302 et planifierons un cours différent pour AMP.

C’est un risque sûr. Bien que nous ayons travaillé dur pour améliorer nos scores CWV, nous avons encore du mal à obtenir des scores élevés selon les normes de Google. Cependant, ce travail se poursuivra. Peut-être que la meilleure consolation que nous ayons à ce stade est que de nombreux référenceurs avec lesquels nous avons parlé ont du mal à voir des impacts mesurables pour travailler sur CWV depuis le déploiement de la mise à jour de l’expérience de page.

Peut-être que ce n’est pas une question de trafic pour nous

La relation entre les éditeurs et les plateformes est au mieux dysfonctionnelle. Les kiosques à journaux d’antan sont les sources d’information d’aujourd’hui, et les éditeurs ont été pris au dépourvu à maintes reprises lorsque les plateformes modifient les règles. Nous savions probablement que laisser une plateforme de recherche héberger notre contenu sur ses propres serveurs était voué à l’implosion, mais l’audience est notre moteur, pouvez-vous nous reprocher d’avoir acheté ?

Nous savons également que lier notre destination à des plateformes tierces peut être tout aussi risqué que de ne pas y participer. Mais lorsqu’il s’agit de prendre en charge AMP dans Search Engine Land, nous allons passer à autre chose. Nous voulons juste récupérer notre contenu.


Nouveau sur Search Engine Land

A propos de l’auteur

Henry Powderly est vice-président du contenu pour Third Door Media, éditeurs de Search Engine Land et martech. Avec plus d’une décennie dans des rôles de direction éditoriale, il est responsable de la stratégie de contenu et de la programmation d’événements de l’organisation.



Cet article a été traduit par searchengineland

Related Posts

Leave a Comment