Un objet interstellaire rare est cache-t-il au fond de l'ocan Pacifique ?


Une météorite interstellaire inestimable pourrait reposer au fond du Pacifique… mais la récupérer sera loin d’être vident.

En 2014, un métro s’est désagrégé au-dessus de locan Pacifique. Au moins un fragment, depuis le baptême CNEOS 2014-01-08, a survcu la rentrée atmosphériques ; il termine un cours dans l’eau proche de la Papouasie Nouvelle-Guine et les chercheurs ne lont pas oubli. Dans une publication représentée par Universe Today, il explique pourquoi il envisage le lancement d’un Expédition sous marine pour remettre la main sur cette roche.

Pas besein d’avoir une formation scientifique pour réaliser que les chances de retourner un objectif isolé dans la limmensit de locan avec peu d’informations sont extrêmement maigres. Mais dans ce cas, pourquoi consacrer des ressources à un projet qui, première vue, parat draisonnable et vou lchec ? Pour lui comprendre, il faut sintresser de plus près la nature de cet objet.

Un visiteur interstellaire potentiel

En effet, le Centre d’étude des objets géocroiseurs (CNEOS) est à 60 kilomètres par seconde ; une vélocité qui semblait bien trop importante pour un ressortissant du système solaire. Plusieurs astronomes ont donc suggestion qu’il pourrait sagir d’un objet interstellaire.

Ce terme désigné tous les baroudeurs spatiaux qui ne sont pas gravitationnellement lis une toile. Il peut sagir dastrodes, de comtes, voire même de plantes vagabondes ; dans tous les cas, ces objets sont donc les acteurs de leurs propres road-movies cosmiques, et parcourent l’univers en solitaire.

Le cas chant, il sagirait d’une nouvelle assezExceptionnelle, car ces visiteurs ne se bousculent pas au portillon. En effet, jusqu’à présent, l’humanité n’a détecté que deux objets de ce genre dans notre système solaire, savoir 1I/Oumuamua en 2017 et 2I/Borisov. L’objet tombe dans le Pacifique serait donc seulement le troisième représentant de cette catégorie saventurer aussi près de la Terre.

Une vue d’artiste d’Oumuamua, le premier objet interstellaire représenté dans notre voisinage cosmique. ESO/M. kornmesser

La Défense américaine entretient le flou artistique

Le problème, c’est qu’en l’état, ces données n’étaient pas suffisamment précises pour permettre aux spécialistes de lever définitivement le doute. C’est avant tout parce que les relevés en question provenaient d’un satellite appartenant au département américain de la Défense, une institution qui n’a jamais pris son prononc pour le flou artistique.

Les performances des satellites militaires sont des éléments stratégiques traditionnels de grande importance ; Les armes les protégées comme la prunelle de leurs yeux. Viter de dvoiler trop d’informations sur leur moteur, les autorités fédérales ont donc décidé de ne partager que des pots-de-vin de données avec les chercheurs.

Et en attendant d’y voir plus clair, la communauté scientifique refuse d’attribuer encore officiellement le titre d’objet interstellaire CNEOS 2014-01-08. C’est en partie pour cette raison que le document de recherche Des chercheurs qu’ont exploré l’éventualité de cette origine interstellaire n’ont pas encore passé le cap de la révision par les paires.

Un robot submersible, comme la cellule Nauticus Robotics, pourrait aider les chercheurs à explorer le fond de l’ocan. Nauticus Robotics Inc.

Une ressource scientifique au potentiel invraisemblable

Autant je dirai que les zones d’ombre sont nombreuses, et les chances de succès pas franchement animées. Plus la simple idée de puissance étudier physiquement le tout premier objet interstellaire document sur Terre suffit tout de mme mettre les astronomes dans tous leurs états ; il sagirait d’une ressource scientifique tellementExceptionnelle que cette éventualité justifierait elle seule de monter une telle expédition.

Et ce nest pas un euphmisme. Car s’il s’agit bel et bien d’un objet interstellaire, ce nest pas seulement un morceau de roche que les spécialistes vont traquer. En substance, nous supposons affaire une véritable relique cosmiquerempli raz-bord dinformation sur des zones et des phnomnes quaucun humain na jamais eu loccasion détudier daussi prs. Le genre d’objet qui pourrait lui tout seul faire progresser considérablement notre compréhension de l’univers et de la dynamique du cosmos.

Casey Horner – Unsplash

Et pour chercher cette aiguille dans cette immense botte de foin, les spécialistes ne parteont heureusement pas les mains vignes. Les pots-de-vin de données fournis par l’US Space Force ont permis de réduire le premier de recherche sur une surface d’environ 100 km ; une zone encore large, certes, mais suffisamment restreinte pour qu’il une probabilité non négligeable de retrouver un fragment.

De plus, les chercheurs sattendent ce que cet objet soit magnétique ; une propriété qui pourrait grandement faciliter sa détection, voire même sa récupération.

Il sera donc très intéressant de suivre l’avance de ces recherches. Car si elles aboutissent et que CNEOS 2014-01-08 est effective une météorite interstellaire, il sagira assurment dune découverte dans lhistoire de lastronomia.

Le document de recherche qui décrit le projet d’expédition est disponible ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici